Présentation

L’ADSL ou "Asymmetric Digital Subscriber Line" (littéralement "liaison numérique asymétrique sur ligne d'abonné") est une technique de communication numérique de la famille xDSL. Elle permet d'utiliser une ligne téléphonique, une ligne spécialisée, ou encore une ligne RNIS (ISDN en anglais), pour transmettre et recevoir des données numériques de manière indépendante du service téléphonique conventionnel.

Comme son nom l'indique, la technologie ADSL fournit un débit asymétrique. Le débit de données montant d'une communication ADSL (upload) est plus faible que le débit descendant (download), dans un rapport qui varie généralement entre 5 et 20.

ADSL Nu permet aux opérateurs de commercialiser des services Internet (accès à Internet, VoIP), sans abonnement téléphonique, y compris dans les zones non dégroupées. Sur un lien nu, il n'y a pas de service analogique (téléphone/fax impossible).

 

L’ADSL 2+ est une évolution de l'ADSL pour permettre le transport d'un plus grand nombre d'octets dans chaque trame, et permet d'atteindre des débits de données de plus de 20 Mbit/s dans le sens descendant. La capacité et le débit du sens montant restent inchangés par rapport à l'ADSL « classique ».

Toutefois, les performances accrues de l'ADSL2+ ne sont accessibles que dans de bonnes conditions :

  • Atténuation faible, qui dépend du type de câblage (section) et de la longueur de la ligne.- faible niveau de bruit, qui dépend de l'isolation de la ligne sur les câbles (blindage du câble, présence de paires voisines le long du même faisceau de câble utilisées pour d'autres services, comme le RNIS), de son implantation aérienne (plus exposée) ou enterrée.
  • Absence de perturbations électromagnétiques puissantes le long du parcours (absence d’émetteurs radio AM à proximité).
  • Nombre faible d'épissures le long du câble (sources de bruit par écho et résonance).
  • Câblage de pose récente (à cause du vieillissement des isolants, les fuites de puissance augmentent avec le temps, et la résistance des conducteurs augmente par oxydation).
  • Nombre faible et qualité des filtres installés au domicile ou au central (l'offre de dégroupage partiel induit un filtrage mixte, source d'atténuation supplémentaire).
  • Bonne isolation et qualité du câblage de l'installation intérieure chez l'abonné (protection contre les sources de parasites induits par l'équipement électronique, les lampadaires halogène, les déclencheurs de tubes néon, les équipements de puissance, absence de câbles longs laissés « flottants » sur la prise d'extrémité).